Page 8-9 - Plateforme2018

Version HTML de base

8
9
L J H E L M *
*Ac r on yme de « Le j eune homme e t l a mo r t »
Cie Didier Théron –
Montpel l ier
C
onstruite sur la partition exaltante deMaurice Ravel, « LJHELM* »
est conçue comme un drame qui confronte la démultiplication
des références, des lieux et des interprètes. Écrite sur un cercle
pour trois danseurs, une femme et deux hommes, la pièce exprime
sur le plateau une physicalité qui touche aux extrêmes.
Le ton est à l’image de notre temps, profond et pathétique,
prophétique et résistant, enthousiaste et ironiquement tragique.
Entre défi et nécessité, le jeu chorégraphique sur le cercle « descend
le temps et le remonte » comme une métaphore de la mémoire, de la
nôtre aussi. 
La présence de la mort liée à la jeunesse traverse l’actualité de notre
temps, facteur commun d’une autre époque, celle de la première guerre,
que l’on commémore et dont on panse encore les blessures. Appréhender le
réel, questionner l’histoire et notre époque reste plus que jamais une urgence.
« C’est beau, impressionnant et le Daphnis et Chloé de Ravel de transporter la
montée en puissance narrative : pastorale dramatique pour performeurs, athlètes
et artistes pétris d’intensité dramatique. »
Geneviève Charras – L’Amuse Danse
Chorégraphie :
Didier Théron
Interprétation :
Sami Blond, Thomas Esnoult-Martinelli,
Filipa Correia-Lescuyer
Collaboration artistique :
Michèle Murray
Musiques :
Maurice Ravel, François-Xavier Roth
Lumières :
Luc Souche & Didier Théron
Durée :
50’
Compagnie soutenue par :
La Drac Occitanie, la Région Occitanie,
le Conseil Départemental de l’Hérault et la Ville de Montpellier
Spectacle soutenu par :
Réseau en Scène et la Spedidam
.
S O I R É E
T E M P S D A N S E M É D I T E R R A N É E
S AM E D I 2 6 MA I À 2 0 H 3 0
C e n t r e C u l t u r e l l ’ A l b ’ O r u
Chorégraphie et interprétation :
Othman Sellami
Dramaturgie :
Fatima Zohra Lahouitar
Conception lumière :
Amin Boudrika 
Création sonore :
Abdo Qesbaoui 
Durée :
35’
P
our questionner les effets de la modernité sur la société traditionnelle marocaine,
Othman Sellami invente un micro monde imaginaire, condensé et intense, un
espace illimité et inaccessible, un temps incalculable et des millions de personnages
identiques mais invisibles.
« Ligne » est un univers qui n’appartient à personne, mais peut s’adresser à tout le monde,
un retour vers le passé qui révèle une réalité oubliée permettant de remettre en question son
identité, son appartenance et sa réflexion face à la réalité contemporaine.
L I G N E
Cie Haraka -
Tanger
S AM E D I 2 6 MA I À 2 0 H 3 0
C e n t r e C u l t u r e l l ’ A l b ’ O r u
Chorégraphie et interprétation :
Michèle Ettori,
Lucia Alves, Farida Azzagache, Marion Duvallet,
Morgane Maurize, Marion Zutter
Scénographie et décor :
Maria-Francesca Valentini
Musique :
en cours
Lumières :
en cours
Durée :
15’
Spectacle soutenu par :
Le groupe Rocca, l’ARS
Corse du Sud dans le cadre de «Culture et Santé»
et l’APS
C
ette pièce entre la danseuse et chorégraphe Michèle Ettori et des jeunes femmes
résidentes de A Casarella est née du désir d’habiter le monde autrement, de perdre ses
repères pour en trouver de nouveaux.
« Tu DANSEs… » questionne la ligne de partage habituelle des capacités et incapacités de
chacun à dire, à faire, à sentir, au-delà de l’enfermement que constitue l’univers quotidien de
la personne en situation de handicap mais aussi de celle qui ne l’est pas.
Tu DA N S E s … e t MO I « é m o i » ?
Cie Vialuni -
Ajacc io
© Alain Scherer
© Khalili Abdelaziz
© Maria-Francesca Valentini